La onzième édition ouvre le festival Aflam du sud avec deux variations d’Oum Keltoum ; « Fat El Miâad et Siret El Hob ».

Un récit passionnant mis en valeur par le violoniste Mohamed Almokhlis.

Mohamed Almokhlis est né à Tanger au Maroc. Dès son arrivée en Belgique en 1972, il reçoit une guitare de la part de son oncle. Ainsi, il commence à apprendre les chansons marocaines que sa mère lui chantait à la maison. A l’âge de 16 ans, il crée son premier groupe avec qui il a repris toutes les chansons de « L’emchaheb » et de « Nasse El Ghiwan ».  Fasciné et émerveillé par un violoniste qui se représentait tous les vendredis dans un café et qui jouait  « Oum Keltoum », il décida alors d’adopter cet instrument qui est le violon.

Depuis 1981 et pendant 20 ans, il travaille dans les cabarets à Bruxelles et parfois à Paris. Il a également joué au cirque Royal sous la présentation de Sir Yahudi Minuhim Ravi Chankar en 1995. Son amour de partager la musique, l’amène à créer une classe de musique à Schaerbeek où il a enseigné la musique orientale à des jeunes de son quartier pendant 6 ans d’où résulte plusieurs concerts et un CD intitulé « Ma musique » . Il a aussi accompagné en milieu scolaire le musicien Mousta Largo. 

Mohamed Almokhlis a enregistré avec différents groupes de différentes origines :  hindi, flamenco ou arabe. Il a collaboré à des nombreux festivals tels que : Couleur Café, Francofolie de Spa, Francofolie de La Rochelle et en Louisiane. Il a participé aux concerts de Karim Bagili et fait partie de l’association  » AAO – Amsterdam Andalusis Orchestre » : www.amsterdamsandalusischorkest.nl. Ce fameux orchestre a accompagné Marcel Khalifa, Youssef Jrifi et très bientôt Sami Youssuf. Son objectif est de transmettre l’Amour que sa mère lui a donné à travers les notes de son violon.   

Contact   almokhlismohamed@hotmail.com